Projet de fermeture du Passage à Niveau n°11 de St Médard : une décision prématurée qui va induire des risques majeurs aux PN voisins non sécurisés à ce jour ainsi que des risques routiers en zone urbaine et sur le réseau secondaire

SAINT-MALO, le 13 novembre 2015 – Le Préfet de Bretagne a fait part de son intention de procéder à la fermeture prochaine du PN11. Si la suppression du PN11 représente une étape clé en matière de sécurité ferroviaire, sa fermeture ne pourra se faire que de façon contemporaine à la mise en service d’infrastructures routières adéquates permettant de gérer le flux de véhicules transitant actuellement par ce PN. L’Association Solidarité St Médard PN11 interpelle les pouvoirs publics sur l’impact de cette décision qui va accroître les risques de collision aux PN12 et PN13 (report du trafic VL et PL du PN11) et sur le risque accru d’accidents routiers dans la commune de Montreuil/Ille ainsi que sur le réseau secondaire.

Le PN11 est inscrit depuis Décembre 2012 au programme national de sécurisation des passages à niveau. Il sera donc amené à disparaître. Plusieurs options ont été étudiées mais le délai de réalisation d’une solution alternative (tunnel, pont) est encore indéterminé. A court terme et en dépit des aménagements réalisés depuis l’accident du 12-10-2011, le PN11 reste un point sensible de la ligne Rennes-St Malo où une nouvelle collision entre un train et un véhicule terrestre reste possible.

Depuis sa création, l’Association Solidarité St Médard PN11 n’a cessé d’être force de proposition afin de faire évoluer et progresser la sécurité aux PN. L’option d’adapter localement et de façon temporaire de la vitesse des trains, seule solution efficace immédiatement et sans impact financier ni sur le trafic ferroviaire, a été systématiquement écartée par le Préfet, SNCF ou encore la Région Bretagne.

Afin de dégager sa responsabilité en cas de nouvelle collision, le Préfet a décidé de fermer purement et simplement le PN11. Cette décision, motivée uniquement par une problématique de responsabilité individuelle, occulte des risques majeurs que cette fermeture fait surgir localement. En effet, couper la route départementale à court terme au PN11 représente un réel non-sens tant sur le plan de la sécurité ferroviaire que sur le plan de la sécurité routière :

  • Risque accru de collision au PN12 : afin de réduire le détour de 8 km, certains conducteurs seront amenés à emprunter le PN12 (Tertre de l’Ille) dont la configuration est très complexe (route étroite et sinueuse, dévers de la chaussée, dos d’âne prononcé car situé dans une courbe de la voie ferrée). Le trafic sera augmenté et les risques d’incident accrus (croisement délicat de deux véhicules, frottement des bas de caisse, décrochage d’attelages, etc.).
  • Risque accru de collision au PN13 : les Poids Lourds (PL) et la plupart des véhicules légers (VL) passeront par le PN13 situé à proximité de la gare de Montreuil/Ille. Le PN13 est connu pour sa géométrie atypique (convergence de plusieurs voies, signalisation peu adaptée), induisant une hausse implicite de la dangerosité de ce PN qui ne fait l’objet à court terme d’aucun aménagement.
  • Risque majeur dans les rues de Montreuil/Ille : le déroutement des PL imposera leur passage dans les rues de Montreuil/Ille et tout particulièrement l’étroite rue des écoles. Le risque d’accrochage ou d’accident corporel sera de ce fait grandement accru (un incident de ce type fut signalé durant une période de fermeture temporaire du PN11 en raison de travaux).
  • Risque majeur sur le réseau routier secondaire : le détour de 8 km par le PN13 aura un impact majeur sur la vie des riverains dont l’emploi du temps quotidien sera bouleversé. Le réseau secondaire est connu pour ses routes sinueuses où le respect de la vitesse autorisée ne garantit pas l’absence de collision ou autres sorties de route sur chaussée glissante.

Le respect du code de la route est une priorité mais force est de constater que de nombreuses victimes des accidents de la route ne sont pas pour autant des délinquants routiers : passagers d’un véhicule qui commet une infraction, piétons fauchés, cyclistes renversés, occupants d’un véhicule percuté par un tiers responsable. Des vies d’innocents seront donc menacées par cette décision de fermeture.

En marge des critères évidents de sécurité, la fermeture du PN11 va se traduire par une hausse des km parcourus par les riverains et les véhicules en transit (1500 véhicules empruntent chaque jour le PN11). Sur une base annuelle, ce seront près de 3,0 millions de km qui seront parcourus inutilement en raison du détour par Montreuil/Ille. Le bilan carbone est catastrophique. A quelques jours de la COP21, sommet mondial qui tente de sensibiliser sur les efforts nécessaires pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, cette décision est un réel non-sens sur le plan environnemental et en totale contradiction avec des mesures récemment appliquées par la Préfecture de Bretagne (réduction à 70km/h de la vitesse sur la rocade de Rennes motivée par la réduction d’émissions de particules fines et gaz à effet de serre).

A ce jour et comme nous l’avons toujours évoqué, la stratégie la plus efficace à court, moyen et long termes en matière de sécurité pour le PN11 reste la suivante :

  • Etape 1 : réduction sans délai de la vitesse des trains au PN11 – l’arrêt d’un train reste possible si l’agent de conduite voit un véhicule immobilisé sur les voies.
  • Etape 2 : test de dispositifs de détection de masse – alerté de la présence d’un véhicule/objet présent sur les voies, un train pourra freiner en urgence et limiter la vitesse d’impact. Dès lors que ces détecteurs seront opérationnels, la vitesse des trains pourra être augmentée.
  • Etape 3 (contemporaine des 2 autres) : étude et réalisation d’infrastructures routières (pont, tunnel) permettant de dérouter à terme le trafic à proximité du PN11.
  • Etape 4 : suppression du PN11.

 

A propos du passage à niveau N°11 de St Médard/Ille

TER et TGV circulent à 140 km/h sur la ligne Rennes-St Malo. Situé dans une courbe aveugle (visibilité pour l’agent de conduite de 175 mètres seulement dans le sens Rennes-St Malo), ce passage à niveau est connu pour son trafic élevé de Poids Lourds (proximité de carrières) et ses statistiques effroyables :

  • 10 Juillet 2006 : piéton happé par une rame de TER (1 mort)
    • 26 Novembre 2007 : collision TER avec un poids lourd (40 blessés dont 22 hospitalisés)
    • 11 Février 2010 : collision d’un TER avec une camionnette (aucune victime)
    • 12 Octobre 2011 : collision TER avec un poids lourd (3 morts, 45 blessés dont 13 graves)

Après 4 accidents ayant causé le décès de 4 personnes, traumatisé à divers niveaux plus d’une centaine de personnes, le passage à niveau n°11 de St Médard/Ille a enfin été inscrit en décembre 2012 au programme national de sécurisation des passages à niveau (14 mois après le dernier drame). Des études préliminaires ont été initiées pour envisager sa suppression. D’ici cette échéance lointaine (2019-2020), SNCF, le Préfet, la Région Bretagne refusent toujours d’appliquer le principe de précaution consistant à réduire localement la vitesse des trains au PN11.

Ce contenu a été publié dans Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *